Déni.

Puisque ça fait trop mal
de te savoir ailleurs
et de te savoir là,
sous la pierre glacée.

Puisque ça fait trop mal
de jeter tes souliers
tes colliers ton parfum
tes reliques d’amour,
ton acte de naissance
ton acte de décès,
de deux clics supprimer
ton nom sur le clavier.

Puisque j’ai peur du noir
et de l’orphelinat,
des orages à venir
et des lignes de crête
qu’il me faudra gravir,
que ma boussole cherche
en tremblant de terreur
l’étoile du berger.

C’est tellement l’hiver
sans l’écho de ta voix
la chaleur de tes joues
les onguents généreux
de tes mots gracieux.

Puisque je ne veux pas
me réveiller un jour
et devoir l’accepter.

En inondant la plaine
de mes larmes d’enfant
peut-être trouverai-je
la vague où tu m’attends…

Puisque ça fait trop mal,
je me dis chaque nuit :
Maman est en voyage
et le matin j’espère

une carte postale.

Commentaires

  1. Pierre J.:
    ça touche profond. L'absence , le deuil long qui dure, bellement évoqués ici par ton texte délicat.
    Le soleil point , de quoi réchauffer les cœurs meurtris.

    RépondreSupprimer
  2. Lacape/Domi:
    Ton texte me ramène à la mort de mon père, ma mère est toujours de ce monde ! vit en maison de retraite, et commence à être très âgée, chaque fois que j'entends la sonnerie du téléphone, je m'attends au pire, on a beau s'y préparer, la tristesse m'envahit quand j'y pense !

    Très beau texte entre deux âmes, l'absence brutale d'un être cher, tu nous la fais ressentir, ta trame est conséquente de désir et de douleur.

    RépondreSupprimer
  3. Elyse:
    comme un coup au coeur ... Quelque soit l'âge où l'on perd sa maman, nous restons toujours un enfant.. Ton texte est le reflet de notre chagrin

    RépondreSupprimer
  4. Galaeta belga/Lilia:
    Je suis exactement dans cette phase et je comprends tes mots.
    J'aime ta façon d'aborder cette douleur qui ne finira jamais dedans chacun de nous.
    Merci pour ce beau poème.

    RépondreSupprimer
  5. Christine:
    J’ai adoré DENI . C’est beau à pleurer et tellement juste ….
    Merci pour votre grande sensibilité ….

    RépondreSupprimer
  6. Denise:
    Du haut du Nuage bordé de Coeurs , de Fleurs où tu nous emmènes avec Amour ... je suis gênée de dire que tu as de la "Chance" de pouvoir pleurer celle qui est dans ton coeur!!!! et qui n'est plus!!!
    .. Je saute... vers une enfant âgée maintenant qui a chaque fois qu'elle a prononcé le mot ' MERE' a entendu , et entend encore une petite voix intérieure lui dire "Si c'est Elle.... !!!! ou Si c'était Elle !! puisque disparue depuis longtemps !

    RépondreSupprimer
  7. Clari:
    Ce texte
    me bouscule
    m'émeut

    je traverse tout cela
    balançant
    entre
    le baiser glacé sur un front livide
    et
    la présence au chaud de mon cœur

    RépondreSupprimer
  8. PM:
    Je suis vraiment ravi de vos œuvres vraiment, j'adore les paroles qui sont a l'intérieur vraiment, je vous félicite

    RépondreSupprimer
  9. Kate:
    hello, je ne lis pas tes parutions au fur et à mesure: j attends d être entièrement disponible d esprit pour pouvoir en profiter pleinement
    je suis toujours impressionnée par la diversité des sujets choisis et ton style
    j adoore "Déni"... et nous savons pourquoi, n est ce pas !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Garçon, l’addition !